2ème de l'UTAT

Après sa blessure sur l'UTMB, Julien ramène une belle seconde place du Maroc. Retour sur un trail pas comme les autres.

Julien-Chorier-UTAT-2015-6

L’arrivée à Oukaïmeden, station du haut Atlas à 1h30 de Marrakech se fait très tard dans la nuit du lundi au mardi. De gros orages ont abimé la route, la météo est très fraiche. Entre la fatigue liée au voyage et les conditions météo, j’ai pris froid et attrapé un bon rhume que je pense vraiment sans conséquence.

Mardi matin, temps frais et couvert, j’en profite pour faire une dizaine de km pour m’acclimater (on est à 2600m). La pluie fait son retour tout la fin de journée, l’humidité ambiante n’est pas très agréable.

Mercredi, on profite du soleil, avec Andy Symonds pour aller faire quelques images. Le soleil fait du bien mais je ne me sens pas du tout à l’aise d’un point de vu respiratoire.

Julien-Chorier-UTAT-2015-1

Jeudi, départ de la course à 6h, juste 1h heure avant le lever du soleil. Le départ se fait sur une piste plate qui se relève progressivement pour nous faire atteindre les 3000m. Dès le départ je ne suis vraiment pas très à l’aise, je n’ai pas de force. Le rythme d’Andy ne me semble pas trop élevé mais aujourd’hui, je ne peux pas suivre et le vois prendre quelques longueurs d’avance.

Le jour se lève à l’arrivée sur la crête juste avant de se lancer dans la descente en direction des premiers villages Berbères

Dans la descente, je reviens doucement sur Andy, j’en profite pour enlever la veste, troquer le bandeau contre une visière et des lunettes.

Le premier village, Agouns, est atteint grâce à un parcours sinueux et vallonné, puis se dessine le Timichi (20 km) où une « petite » remontée de 300m à travers un petit village. Le retour sur la piste nous emmène au premier ravitaillement au lieu-dit Setti Fatma, 30km et environ 3h de course.

Julien-Chorier-UTAT-2015-3

Le prochain point est dans 38km (environ 4h). Je repars donc du ravitaillement avec 2l de boisson, cela change la manière de courir.

En fond de vallée (1600m) il fait bon, la chaleur n’est pas trop étouffante. On attaque une longue remontée vers Tamatert à plus de 3000m. Je vois toujours Andy au loin. De 2 min il a du passer à presque 10min maintenant à mi-course.

Julien-Chorier-UTAT-2015-2

Je suis vraiment déçu par mon manque de souffle/sensation qui ne me permet pas d’accélérer, je profite quand même pleinement de l’environnement. Traverser des villages uniquement reliés entre eux par le chemin muletier qu’on emprunte, nous transporte dans un environnement vraiment atypique, qui nous donne un bel aperçu de la vie dans ces zones reculées. L’eau commence à me manquer, je fais le plein dans une rivière avant d’être à sec (le temps que la pastille fasse son effet pour traiter l’eau). Une bonne heure après j’arrive au point d’eau avant de repartir à l’assaut des montagnes. La mi-course est donc passée et nous voilà repartis pour l’ascension du Tizi n’Tifourhate, et le Tizi n’Tarharate (3 456 m) avant d’atteindre le Tizi Tichki, point culminant de la course à plus de 3600m. L’altitude me met vraiment en difficulté, c’est la première fois que j’ai d’aussi mauvaises sensations à 3500m. La fatigue, le rhume, un jour sans, en tout cas, pas la grande forme.

Je profite pleinement du paysage et du panorama que nous offre ce col. La vue sur la descente qui nous attend est incroyable, plus de 2000m de D-  en moins de 5km.

Je descends sans prendre de risque, les cailloux n’épargnent pas ma malléole.

Julien-Chorier-UTAT-2015-4

J’arrive donc au dernier ravitaillement dans la petite ville de Imlil, je suis depuis un moment sorti de la course et ne suis pas du tout pressé. Je prends bien le temps de me ravitailler, de faire le plein de la poche à eau.

Je suis paré pour la dernière ascension de 1200m en 2 paliers de 600m avant la redescente rapide sur la station d’Oukaïmeden. Je pense être un peu juste pour finir avant la nuit mais ça va le faire. Le sentier longe la rivière en fond de vallée avant de s’élever jusqu’à l’avant-dernier col. J’avais juste « oublié » une petite redescente de 600m dans une nouvelle vallée. , je suis bien surpris de me retrouver à nouveau à 1600m et à avoir toujours 1200m à grimper. Je vais finir de nuit.

Je ressors la lampe du sac et fini cette longue montée à travers les noyers et dans les rues d’Amskere. J’ai juste le temps de voir avec le soleil couchant  et le contraste la terre rouge avec le vert vif des genévriers thurifères.

Julien-Chorier-UTAT-2015-5

Le Tizi Oukaïmeden franchi, je vois l’aire d’arrivée et entends Ludo le speaker. La boucle est bouclée. J’arrive donc à Oukaïmeden, un peu plus de 14h après le départ, 40min derrière Andy.

Je suis bien déçu de ne pas avoir pu passer plus de temps avec Andy et se « bagarrer » sur ce beau parcours mais je suis vraiment très heureux d’avoir fini cette course durant laquelle j’ai pu profiter de chaque mètre pour m’imprégner de cette culture si touchante des populations Marocaines du haut Atlas.

Un bon bilan à la sortie, sans bobo et avec des images plein la tête.

Après 2 jours, pas de douleur musculaire, reste juste à se débarrasser de ce mauvais rhume avant de repartir vers de nouvelles aventures...

  • logo  effinov
  • Hoka one one Logo 2015

  • VT-Bloc marque-gris-H
  • logo  julbo
  • logo compressport
  • Allibert logo 2016